Antiparasitaires externes

Les parasites aiment les animaux sales comme les animaux propres et peuvent provoquer des problèmes de santé potentiellement mortels. Pour protéger votre animal, il existe des vaccins contre certaines maladies graves transmises par les parasites, en complément d’un antiparasitaire, sous forme orale ou cutanée, avec de préférence une action répulsive anti-attachement, toujours conseillé par un vétérinaire, en fonction de l’espèce, le poids, l’état de santé (pour éviter une contre-indication) et le mode de vie de l’animal.

Attention : Utiliser un antiparasitaire destiné aux chiens pour traiter un chat, augmenter le dosage ou la fréquence est dangereux et peut entrainer la mort de l’animal ! De plus, certains produits vendus ne sont pas efficaces tandis que certains traitements actifs auparavant ne le sont plus aujourd’hui car les parasites ne sont adaptés. 

Modes de contamination

La transmission des puces se fait au contact des animaux, de l’habitat infesté via des personnes ou des animaux ayant servi de ”taxi” ou de l’environnement extérieur. Il faut savoir que les puces peuvent survivre des semaines sans manger, à plus de 3°C !

Les tiques, elles, vivent dans la végétation en ville ou en campagne et se fixent sur les animaux qui passent à côté. En tombant toutes seules, elles contaminent l’habitat.

Signes de contamination

Les puces se multiplient rapidement et provoquent souvent des démangeaisons et dermatites (grattages, léchages ou mordillements excessifs, pertes de poils, rougeurs, boutons, croûtes, mauvaise odeur du pelage…). Elles mesurent quelques millimètres et se camouflent très bien, mais il est possible de repérer leurs déjections sous formes de petits grains noirs à la base des poils ou lors du brossage avec un peigne à dents fines. Ecrasées sur une feuille de papier buvard avant d’y verser quelques gouttes d’eau dessus, ces déjections forment une auréole rouge de sang coagulé. Cependant, un animal peut avoir des puces sans détection de déjection de puces en tout début d’infestation. Chez le chat, les puces se trouvent surtout sur la tête et le cou, à l’abri des léchages.

Les tiques viennent se fixer partout sur la peau de l’animal surtout autour de la tête, du cou, des oreilles, de l’anus, et entre les coussinets. Une tique adulte gorgée de sang est décelable, à condition de la chercher. Il est donc toujours conseillé, d’écarter les poils de votre animal et de bien le palper, à la recherche d’une tique. Mais attention, une jeune tique ou ”nymphe” est minuscule (1 à 2 mn) et quasi impossible à détecter sans loupe. Les piqures dues aux nymphes représentent un réel danger car elles sont invisibles et peuvent, comme les adultes, contaminer aussi les humains.

Dangers des parasites

Les parasites externes qui se nourrissent du sang de votre chien ou votre chat sont susceptibles de provoquer des problèmes de santé potentiellement mortels. Il est donc préférable de demander à votre vétérinaire un antiparasitaire efficace.

Les puces déclenchent souvent une dermatite allergique aux piqûres de puces (DAPP). L'animal peut se gratter, se lécher et se mordre de manière excessive. Si les puces ne sont pas traitées, il aura des plaies et infections cutanées. Les puces peuvent transmettre des vers intestinaux et bien que rare, une hépatite infectieuse chez les chiens et une anémie infectieuse féline chez les chats. En présence de nombreuses puces, l'animal peut présenter une anémie grave menant à la mort (plus rapide chez les chiots et chatons).

Chez le chien, elle peut transmettre plusieurs maladies graves comme la piroplasmose, la maladie de Lyme et l’ehrlichiose. Les tiques transmettent peu de maladies aux chats et rarement la maladie de Lyme. Une multitude de tiques peut entrainer une anémie très sévère allant jusqu'à la mort de l'animal (plus rapide chez les chiots et les chatons). Les antiparasitaires n’empêchent pas les tiques de se fixer sur le chien ou le chat, mais elles seront tuées et n’auront pas le temps de le contaminer si le mode d'emploi a été respecté.

Cet insecte vient du Sud et progresse vers le Nord. Il peut transmettre une maladie très grave à votre chien et plus rarement au chat : la leishmaniose. Il n'est pas possible de guérir cette maladie actuellement mais simplement d'en limiter les effets par un traitement lourd. Il est donc préférable de demander à votre vétérinaire un antiparasitaire qui puisse également empêcher le phlébotome de venir piquer votre animal. Par précautions, évitez de sortir votre chien au crépuscule, car c’est le moment de la journée où il y a le plus de phlébotomes.

Dans certaines régions françaises, les moustiques peuvent transmettre la dirofilariose (parfois appelée maladie du ver du coeur). En piquant l’animal, le moustique transmet des « larves de vers » qui vont pénétrer dans la peau, puis dans la circulation sanguine et migrer ensuite dans le cœur. La dirofilariose est une maladie parasitaire dont le pronostic peut être mortel à un stade avancé.

Choisir un antiparasitaire

Un antiparasitaire, avec de préférence une action répulsive anti-attachement, doit toujours être conseillé par un vétérinaire, en fonction de l’espèce, le poids, l’état de santé (pour éviter une contre-indication) et le mode de vie de l’animal.

Attention : Utiliser un antiparasitaire destiné aux chiens pour traiter un chat, augmenter le dosage ou la fréquence est dangereux et peut entrainer la mort de l’animal ! De plus, certains produits vendus ne sont pas efficaces tandis que certains traitements actifs auparavant ne le sont plus aujourd’hui car les parasites ne sont adaptés.

Naturel ou chimique

Il existe des produits naturels ou chimiques qui éloignent (répulsif) et/ou éliminent les parasites.

Selon les produits, ils éloignent les puces, les tiques, les phlébotomes et/ou les moustiques et traitent en cas de forte infestation. L'action peut être très rapide (quelques heures) et la protection de longue durée.

Prêts à l'emploi, ils n'ont pas l'obligation de prouver leur efficacité et leur innocuité. Ils peuvent suffire pour éloigner les puces, les tiques, les phlébotomes et/ou les moustiques selon le produit et traiter en cas de faible infestation. Cependant, l'action n'est pas aussi rapide qu'avec un traitement chimique et la protection dure généralement moins longtemps.

La lavande est un répulsif puissant pour les puces car elles détestent son odeur. Frictionner régulièrement le poil du chien ou du chat en insistant sur le cou avec ce bouquet, en prévention ou s'il y a peu de puces.

Cette poudre antiparasitaire constituée de diatomées (algues) est idéale pour les animaux fragiles. C'est le traitement naturel par excellence pour les chiens, les chats et les autres animaux. En effet, elle n'est pas toxique et elle est très efficace pour tuer les puces, les tiques et les autres parasites à condition qu'elle soit sèche. Elle s’applique en général tous les deux jours à rebrousse poil jusqu'à l’élimination des parasites. L'utilisation de la terre de diatomée nécessite les précautions suivantes :

  • Evitez la tête de votre animal car elle peut irriter ses yeux et ses voies respiratoires.
  • Ne faites pas de mouvements de balayages car ils peuvent créer un nuage de poudre engendrant une inhalation..
  • Utilisez uniquement de la terre de diatomée de qualité alimentaire (amorphe) et non celle vendue pour les filtres des piscines (terre de diatomée calcinée) car elle peut empoisonner tout animal ou humain qui l'ingère.

Un peigne anti-puces n'est pas un traitement mais peut aider à éliminer quelques puces à condition de les plonger dans un bol d'eau immédiatement afin qu'elles ne recontaminent pas l'animal ou l'habitat. Le crochet à tique permet de retirer une tique facilement, en la prenant au plus près de la peau de l'animal pour bien retirer la tête, juste en la ''dévissant'' avec une traction légère exercée vers le haut. En effet, une traction trop forte risque de laisser la tête fichée dans la peau de votre animal et de provoquer un abcès.

Attention : Il ne faut jamais utiliser de l'éther ou un autre produit sur une tique car celle-ci risque de se crisper et recracher ses sécrétions. ce qui augmenterait le risque de transmission de maladies ou d’infection.

Forme orale ou cutanée

L’utilisation de produits topiques, avec ou sans rinçage, peut interférer avec les antiparasitaires. Si votre animal nécessite des soins externes réguliers (pour traiter la dermatite ou la séborrhée par exemples), votre vétérinaire peut proposer un antiparasitaire par voie orale qui par ailleurs, élimine les précautions d’application des produits cutanés.

Certains comprimés sont efficaces à la fois contre les puces, les tiques, les vers plats et les vers ronds ! Leur action est très rapide et dure entre un et trois mois pour les parasites externes selon le produit. Il existe aussi des comprimés appétents pour faciliter la prise chez les animaux difficiles. Le comprimé est une alternative aux produits cutanés dont les erreurs d'applications sont souvent responsables d'une non-efficacité et les précautions d'emploi assez contraignantes.

Ils peuvent s’avérer utiles pour les chiens et les chats qui sont vraiment très infestés par les puces et les tiques pour les tuer d’un coup, mais attention il n’y a pas de rémanence. Une recontamination rapide est donc possible si l'habitat n'a pas été désinfecté en même temps.

Les pipettes tuent les puces, les tiques, les phlébotomes et/ou les moustiques et leur action dure généralement un mois. Certaines traitent aussi quelques vers intestinaux. Pour être efficaces, ces pipettes doivent être appliquées strictement sur la peau, en écartant les poils sur la nuque (pour éviter que l'animal puisse se lécher), ce qui peut être très difficile chez certains chiens à poils ras et chez les chats peu coopératifs. Le produit se répartit ensuite automatiquement dans l'organisme via la circulation sanguine. Il peut donner un aspect gras aux poils à l’endroit de l’application pendant 24-48h.

En cas d’invasion, l’action est efficace et rapide si vous pulvérisez sur la peau à rebrousse poils, sur tout le corps de votre animal. L'effet dure en moyenne un mois. Cependant, le spray n'est pas le meilleur choix. En effet, l'application est fastidieuse et le nombre de pulvérisations est souvent important selon le spray (2 à 6 pulvérisations par kilo !) et le produit peut donner un fort aspect mouillé aux poils. De plus, certains animaux, notamment les chats, détestent le bruit du spray ou l’odeur, en ont peur, se débattent ou s’enfuient avant la fin de l'application.

Il existe des colliers contre les puces, les tiques, les phlébotomes et/ou les moustiques dont l'action peut durer plusieurs mois. Les colliers antiparasitaires sont imbibés de substances actives à libération prolongée, il faut donc bien les ajuster au contact de la peau, autour du cou, sans trop les serrer. Attention au choix du collier, car bon nombre ont provoqué des grattages et brûlures locales, nécessitant le retrait immédiat du collier et des soins vétérinaires. De plus, il est indispensable de choisir un collier avec un système anti-étranglement pour la sécurité de l'animal. Sauf indication contraire, le collier ne doit pas être en contact avec de l'eau et n'est pas adapté en présence d'enfants ou d'autres animaux car il faut éviter de le toucher.

 

Les antiparasitaires externes nécessitent des précautions pour être efficaces et sans danger :

  • Ne lavez pas et ne mouillez pas l'animal dans les 48h avant ou après application du produit.
  • Suivez le mode d'emploi pour éviter les erreurs d'applications, souvent responsables d'une non-efficacité.
  • Evitez les yeux et les muqueuses de l'animal lors de l'application
  • Rincez bien vos mains ensuite pour éliminer toutes traces du produit.
  • Séparez les animaux afin d'éviter les léchages entre eux jusqu'à l'absorption totale du produit.
  • Le collier antiparasitaire n'est pas adapté si vous avez des enfants ou d'autres animaux car il faut éviter de le toucher.
  • Si l'animal a une réaction allergique locale, consultez tout de suite un vétérinaire.

Le délai d'action est indiqué dans le mode d'emploi et varie d'un produit à l'autre.

Fréquence

Votre vétérinaire déterminera la fréquence adaptée en fonction du mode de vie de l’animal, car selon les conditions climatiques, les tiques peuvent également être actives en hiver.

Méthodes naturelles à bannir

Les ingrédients (ail, oignon, agrumes, huiles essentielles…) et les dosages indiqués pour les recettes maisons (ou de grands mères) ne sont pas conseillés par des vétérinaires et sont donc potentiellement dangereux pour la santé de votre animal, même s’il ne présente pas de symptômes, car certains effets secondaires graves ne sont pas visibles immédiatement.

Ces composants sont très nocifs (perte d’appétit, vomissements, diarrhées, destruction des globules rouges pouvant provoquer une anémie grave parfois mortelle, neurotoxicité, convulsions…). Ainsi, la quantité de l’ingrédient ou du mélange ne doit jamais dépasser la dose toxique en fonction du poids de l’animal et de la voie d’administration et la prise de ces substances ne doit pas être répétée.

Attention : Les huiles essentielles doivent impérativement être diluées, dans une huile végétale par exemple (attention : L’eau ne les dilue pas !). Cependant, mêmes diluées, elles sont toutes à bannir chez les chats (car elles détruisent leur foie), ainsi que certaines huiles essentielles (agrumes…) chez les chiens !

Si vous préférez toujours un produit fait maison, demandez conseil à votre vétérinaire pour éviter toute contre-indication, connaître les bons dosages (selon le poids de l’animal) et la fréquence maximale.

Risques de vers

Les puces sont très souvent porteuses d’oeufs et de larves de vers. En se léchant, l’animal peut avaler une puce contenant des œufs et des larves de vers qui se retrouveront dans son intestin, se développeront et se reproduiront. De plus, certains moustiques peuvent transmettre le dangereux ver du cœur. L’absence de symptômes ne signifie pas qu’un animal n’a pas été contaminé par des vers.

Inversement, certains vers peuvent héberger des oeufs de puces. Lors de l’excrétion des vers dans les selles de l’animal, ces oeufs se retrouvent dans l’environnement et favorisent la réinfestation de l’animal par les puces.

Pour ces raisons, il est nécessaire d’associer un traitement antiparasitaire à une vermifugation à large spectre. En général, un vermifuge sera à administrer à l’animal quelques jours après la fin de l’infestation par les puces avec un antiparasitaire de longue durée et sera renouvelé une ou deux fois à un mois d’intervalle. En effet, les vers sont parfois difficiles à déloger et certains vermifuges ne tuent pas les œufs. Il faut donc attendre que les vers se développent un peu pour les éradiquer. Il existe des antiparasitaires externes qui ont aussi une action vermifuge mais leur spectre d’action peut être moins étendu que les produits purement vermifuges.

Habitat et Jardin

Traiter uniquement votre animal ne suffit pas car une puce pond jusqu’à 50 œufs par jour qui s’accrochent au pelage ou tombent dans l’environnement intérieur ou extérieur. Ces œufs vont se transformer en larves, en nymphes puis en puces qui vont à nouveau contaminer l’animal. Les tiques, en tombant toutes seules, peuvent aussi infester l’habitat.

Un nettoyage  du logement, en même temps que le déparasitage des animaux, permet de venir à bout des parasites et évite une ré-infestation de l’animal. Il est donc important de :

  • Passer souvent l’aspirateur à fond dans la maison et jeter le sac, en prenant soin de le fermer hermétiquement.
  • Nettoyer l'intérieur (maison de toilette et bac à litières pour les chats, couchages de l'animal, linges de lit, tissus d'ameublement, sol, moquettes, tapis, planches de bois et leurs espacements...).
  • Remplacer la litière.

Le traitement de l’intérieur d’une maison au moyen d’un insecticide n’est pas recommandé, sauf s’il s’agit d’une infestation très importante ou si une personne allergique aux piqûres de puces y habite.

Taillez arbustes et buissons pour éloigner les puces et tondez régulièrement la pelouse car les larves sont tuées par la chaleur quand l’herbe est bien rasée. Evitez également l’accumulation de débris végétaux (petites branches, tas de feuilles mortes...) qui attire aussi les tiques. La terre de diatomée alimentaire est un bon produit pour éliminer naturellement les puces et les tiques du jardin, de la terrasse, des abris de jardins, des murs et des cachettes à insectes, etc. Pour une application sur une grande surface, utilisez des gants et des lunettes car la terre de diatomée peut irriter les voies respiratoires et les yeux.