Gestations accidentelles ou dangereuses

Les gestations accidentelles ou dangereuses sont fréquentes, d’où l’importance de connaître les situations à risques afin de les anticiper ou à défaut, faire une prise de sang qui confirmera ou non une gestation, car les changements physiques commencent à apparaître après quelques semaines et passent parfois inaperçus auprès des maîtres.

Dans un pays surpeuplé de chiens, qui détient le record des abandons chaque année et où des milliers d’entre eux meurent dans les fourrières, nous ne pouvons que vous déconseiller de faire naître des chiots afin de sauver des chiens du couloir de la mort, surtout si la gestation est risquée pour votre chienne et que vous avez l’intention d’abandonner au moins un chiot à une famille même après le sevrage complet.

L’avortement chirurgical présente des avantages pour votre chienne et ne provoque aucune souffrance pour les fœtus grâce à l’anesthésie. Réalisée dans un délai relativement court, la maman ne s’apercevra de rien.

Risques de gestation

Si votre chienne présente un risque de gestation, il est préférable de consulter un vétérinaire sans attendre car les signes visibles apparaissent souvent tardivement (léger gonflement et dépilation des mamelles, possible écoulement vaginal, diminution puis nette augmentation de l’appétit, élargissement de l’abdomen, prise de poids).

Oubli par le maître.

Pilule donnée à la mauvaise fréquence ou période du cycle (chaleurs irrégulières, erreur du maître...).

Pilule recrachée par la chienne.

Inefficacité.

Chaleurs silencieuses, surtout lors des 1ères chaleurs (aucun signe).

Chienne précoce (âge variable selon la race).

Périodes de chaleurs irrégulières.

Déclenchement des chaleurs plus vite que prévu en présence d'une autre femelle en chaleur.

Chienne âgée (la ménopause n'existe pas).

Puberté précoce (âge variable selon la race).

Castration chirurgicale ou chimique récente (stérilité certaine après 3 mois).

Mâle ayant eu un contact avec la femelle (accouplement rapide et pouvant être discret).

La chienne a fugué (creusement de trou, clôture pas assez haute ou solide, promenade sans laisse...).

Un chien du quartier a senti la chienne et a réussi à s'inviter dans le jardin.

Elle s'est avérée gestante.

La contraception ne doit être utilisée qu'à titre exceptionnelle car les effets secondaires connus sont très dangereux.

N'essayez jamais de séparer un mâle et une femelle accouplés, vous risqueriez de les blesser gravement. Il existe des solutions chez votre vétérinaire qui empêchent une gestation après saillie ou l'interrompt s'il est trop tard, sans aucune douleur pour les fœtus selon la méthode choisie.

Gestations dangereuses

L’avortement est fortement conseillé si :

Le chien est bien plus gros que la chienne (des chiots trop gros empêchent le bon déroulement de la mise bas).

La chienne est âgée ou trop jeune (âge variable selon la race).

Elle est affaiblie par une quelconque pathologie, malformation ou fracture du bassin.

Il y a des risques de foetus morts in utero (mère maigre, en surpoids, gestations rapprochées).

Il est possible qu’elle ait avalé une pilule contraceptive après la saillie (risque de chiots déformés).

Attention : la chienne gestante a un besoin accru en insuline (résistance), ce qui peut révéler un diabète débutant (diabète gestationnel).

Confirmation de la gestation

Malheureusement, il n’est pas facile de savoir si une chienne est gestante pendant le premier mois de la grossesse. Pour confirmer une gestation, il faut attendre 3 à 4 semaines après la saillie, en faisant réaliser une prise de sang ou une échographie. Le diagnostic par palpation est déconseillé car difficile à réaliser et risqué même par un vétérinaire expérimenté. Notez toutefois que si la suspicion de gestation est forte, il n’est pas indispensable d’attendre confirmation de cette gestation pour mettre en place un protocole d’avortement.

Risques de l'abandon

Gérer une portée de chiots est un travail dont il n’est pas toujours facile d’imaginer l’ampleur pour un particuliers. En effet, une chienne peut avoir jusqu’à 17 chiots par portée pour les grandes races (labrador, golden retriever, dalmatien…) et il ne suffit pas simplement de placer les petits et la maman dans un bon panier chaud au calme ainsi que donner une nourriture spécialisée. Il faudra tout d’abord qu’une seule personne proche de la chienne surveille le bon déroulement de la mise bas, veiller à ne pas toucher les chiots avant plusieurs jours, mais aussi nettoyer multi-quotidiennement les urines et les selles des chiots déposées un peu partout (panier, sol…) et donner de l’espace pour qu’ils puissent se dépenser en grandissant… certains n’hésitent alors pas à céder les chiots avant leur sevrage complet, à n’importe qui, et bien souvent sans certificat vétérinaire et identification obligatoires !

IL faut savoir que plus un chiot est retiré tôt à sa maman avant le sevrage alimentaire, affectif et social (environ 12 semaines), plus la mère va en souffrir et le petit risque d’avoir des problèmes comportementaux. De plus, céder un chiot à une famille, surtout sans l’aide d’une association sérieuse, constitue toujours un abandon risqué (maltraitance, nouvel abandon par sa famille à l’avenir, syndrome de Noé…) dont vous êtes en partie responsable.

Solution avantageuse

L’avortement chirurgical interrompt la gestation et stérilise la chienne. Cette intervention évite les dangers de la méthode par injection et présente de nombreux avantages pour la santé de l’animal. Si elle est réalisée assez rapidement, les foetus ne seront pas encore vivants et la mère ne se rendra compte de rien. Dans le cas contraire, l’avortement chirurgical ne provoque aucune souffrance pour les foetus grâce à l’anesthésie. Cette opération est également sans danger s’il s’avère que la chienne n’était pas gestante.

Solution déconseillée

L’avortement médical n’est pas un moyen de contraception, il ne faut pas en abuser. Cette méthode est risquée et n’apporte aucun bienfait pour la chienne. En général, le vétérinaire fera 2 ou 3 injections sous-cutanées, espacées de 24-48h, avant le 10ème ou le 45ème jour de gestation selon la molécule utilisée. Ces médicaments sont efficaces mais présentent des risques :

Echec si l’avortement a lieu tardivement.

Réaction douloureuse.

Complications si l’expulsion des fœtus est incomplète (échographie indispensable pour vérifier).

Graves infections utérines.

Intervalle entre deux périodes de chaleurs raccourci.

Nouvelle gestation.

Plus l’interruption de gestation sera envisagée tôt, moins ce sera traumatisant pour votre chienne qui devra être surveillée durant les jours qui suivent l’avortement pour s’assurer qu’elle va bien.