Stérilisation


Ne faites pas naître de chiens tant qu’il y en a qui attendent et meurent dans les fourrières ! La gestation n’est pas toujours facile à éviter au cours de la vie d’une chienne, les accidents étant nombreux sans surveillance constante : chaleurs silencieuses, précoces et/ou irrégulières, accidents de contraception, accouplement rapide et discret avec un mâle qui peut être castré depuis moins de 3 mois ou précoce, fugue ou visite d’un mâle si la clôture du jardin n’est pas assez haute ou solide, si le terrain contient des trous ou lors d’une promenade sans laisse…

La stérilisation est une opération courante qui supprime ou atténue les comportements désagréables liés aux hormones (chaleurs, grossesses nerveuses, irritabilité, fugues…) et les risques de certaines maladies graves fréquentes. Cette intervention protège aussi la chienne de la reproduction intensive en cas de vol par des trafiquants, évite les abandons de chiots et sauve des vies.

A savoir : la ménopause n’existe pas chez la chienne.

Chaleurs et Absence de signes

Les chaleurs représentent le moment où la chienne peut s’accoupler et se reproduire.

Elle varie en fonction de chaque chienne et de sa race :
・ Chien de petite taille (Yorkshire) : entre 5 et 6 mois.
・ Chien de taille moyenne (Épagneul) : entre 6 et 8 mois.
・ Chien de grande taille (Berger Allemand) : entre 6 et 12 mois.
・ Chien géant (Saint-Bernard) : entre 8 et 18 mois.
Les chaleurs peuvent apparaître toute l'année, il n'y a pas vraiment d'activité sexuelle saisonnière. A l'âge des premières chaleurs, une chienne est immature psychologiquement. Il faut savoir qu'il n'existe pas de ménopause chez la chienne.

Les chaleurs durent en moyenne 3 semaines, espacées de 6 mois, avec une certaine variabilité individuelle et raciale (certaines races les ont tous les 4 mois comme les bergers allemands par exemple, d'autres une seule fois par an comme le dogue du Tibet). En revanche, des saignements abondants, des chaleurs trop longues, trop rapprochées ou irrégulières sont à signaler très vite au vétérinaire (signes d'infections utérines, etc.).

Les signes sont des pertes sanguines rouges ou rosées et/ou un gonflement et une coloration plus rouge des parties génitales. La chienne peut marcher légèrement les pattes en canard à cause de la gêne occasionnée. Au niveau comportemental, elle peut être câline ou contraire plus agressive et n'accepte généralement pas les autres femelles. Les mâles, même à longue distance sentent les chaleurs et peuvent fuguer pour venir la voir, mais elle peut aussi s'échapper pour chercher leur compagnie. Souvent, la chienne n'accepte pas l'accouplement durant les premiers jours.

Attention : certaines chiennes en chaleur ne montrent aucun signe physique ou comportemental (chaleurs silencieuses). Il y a alors un grand risque de gestation.

Pour éviter que les pertes sanguines salissent la maison et son coussin, il existe des protections à mettre et à retirer impérativement au moment de la promenade pour qu'elle puisse faire ses besoins. Les culottes sont conçues pour respecter l'anatomie de la chienne (trou par la queue) et les protections hygiéniques peuvent être jetables ou lavables. Les couches à usage unique s'enfilent et sont disponibles en différentes tailles.

Pendant les chaleurs, vous pouvez laver l'arrière train de votre chienne avec un shampooing doux spécifique ou utiliser des lingettes prévues à cet effet. Une fois les chaleurs terminées, il est conseillé de laver la chienne pour supprimer tous les résidus, même invisibles à l’œil nu. Elle pourra ainsi se promener tranquillement sans être convoitée par les mâles rencontrés et sans risquer une agression par une chienne en chaleur.

Il faudra être attentif à un gonflement des mamelles (grossesse nerveuse) et aux pertes anormales (signes d'une infection utérine).

Quand faut il stériliser ?

Actuellement, la plupart des vétérinaires préfèrent attendre la puberté pour stériliser la chienne, deux mois après les chaleurs afin d’écarter les risques d’hémorragie lors de l’intervention. Il convient d’être très prudent car certaines chiennes ont des chaleurs silencieuses et le seul signe peut parfois être un discret changement de comportement.

Une chienne peut être stérilisée à tout âge, mais les risques de certaines maladies graves fréquentes et de comportements désagréables liés aux hormones sont supprimés ou nettement réduits si elle est stérilisée suffisamment tôt.

Attention : la ménopause n’existe pas chez la chienne non stérilisée. Elle est ainsi particulièrement exposée à des complications mortelles durant la gestation et la mise-bas.

Sauver des vies

La surpopulation canine est un véritable fléau en France. Chaque année, elle tue des milliers de chiens et chiots dans les fourrières et certains refuges. Cette situation est cruelle.

La stérilisation, en régulant les naissances, est l’alternative humaine fiable à l’abandon et la mort. Elle permet de sauver des chiens qui attendent déjà une famille et risquent la mort dans les refuges et fourrières. Soyez humain ! Ne faîtes pas naître des chiens tant qu’il y en a qui meurent ! L’espèce ne s’éteindra pas car les éleveurs diplômés existent pour la faire perdurer.

De plus, il faut savoir que retirer les chiots à leur maman avant le sevrage (âge légal de 8 à 10 semaines) provoque une grande souffrance chez la mère et les petits, et chercher une famille sans l’aide d’une association, constitue un abandon à risques élevés (maltraitance, nouvel abandon par sa famille à l’avenir, syndrome de Noé y compris chez certains protecteurs des animaux…).

Bienfaits

La stérilisation est bénéfique tant à l’animal qu’à son propriétaire. Une chienne n’a jamais de ménopause ! Les risques de certaines maladies graves fréquentes et de comportements désagréables sont supprimés ou nettement réduits si la chienne est stérilisée suffisamment tôt.

・Chaleurs : la stérilisation supprime les chaleurs et ses nuisances (perte de sang, variations d'humeur, anxiété, attirance des mâles pouvant sauter par dessus vos clôtures très hautes).

・ Fugues : elle ne fuguera plus pour chercher un mâle au risque de se perdre, d'être volée, agressée, accidentée ou de blesser une personne (pour jouer, se défendre, etc.) avec des risques judiciaires mais elle peut fuguer pour d'autres raisons (odeur qui l'attire, envie de se promener, anxiété nécessitant une thérapie, etc..). Il est conseillé de toujours l'accompagner dans le jardin et bien clôturer votre terrain pour éviter les fugues et vol de votre chienne à domicile.

・ Grossesse nerveuse (pseudogestation) : c'est un phénomène purement hormonal qui se produit environ deux mois après les chaleurs. La chienne se comporte comme si elle allait avoir des petits : elle se fait un nid et peut devenir agressive. Puis peu à peu, ses mamelles se gonflent de lait, pouvant s'enflammer et provoquer une infection mammaire (mammite). La chienne peut également adopter un objet comme si c'était son petit. Son appétit est variable, soit diminué, soit augmenté.

Si votre chienne présente une grossesse nerveuse, votre vétérinaire vous donnera le traitement adapté sous forme de comprimés ou de gouttes buvables. Malheureusement, ce traitement n'agit que temporairement et il est très probable que d'autres grossesses nerveuses aient à nouveau lieu par la suite. Certaines chiennes ont une grossesse nerveuse après chaque période de chaleurs. Seule la stérilisation résout définitivement ce problème. Permettre à sa chienne d'avoir une portée n'évitera pas la récidive, car les grossesses nerveuses ne traduisent pas un besoin pour la chienne d'avoir des petits, mais juste une surproduction d'hormones.

・ Gestations : elle supprime tous risque de gestation et donc les douleurs lors de la mise-bas.

・ Problèmes liés a l’accouchement (dystocie) : mauvaise position d’un chiot, chiot trop gros, atonie utérine (utérus paresseux), chiot mort-né, etc. Les problèmes liés a l’accouchement ne sont pas rares. Ces causes nécessitent un traitement d’urgence chez un vétérinaire, intervention souvent coûteuse et mettant en péril la vie de la chienne. Là aussi, le fait de la stériliser, évite ces types de désagréments.

・ Tumeurs mammaires : plus une chienne est stérilisée tôt, plus le risque d'apparition de tumeurs mammaires est significativement diminué. Ces tumeurs sont très fréquentes chez les chiennes non stérilisées et jusqu'à 50% de ces tumeurs sont malignes.

・ Ovaires : à partir d'un certain âge, de nombreuses chiennes développent des kystes au niveau des ovaires. Ces kystes ne sont souvent pas cancéreux, mais ils induisent une sécrétion augmentée et permanente d'hormones, ce qui a pour conséquence des chaleurs prolongées ou plus fréquentes et des risques d'infection utérine. La stérilisation supprime tous risques de kystes, d'infections et cancer des ovaires.

・ Utérus : la stérilisation réduit ou supprime les infections utérines mortelles (métrite, pyomètre, etc) et le cancer de l'utérus. Le pyomètre une infection mortelle, assez fréquente chez les chiennes adultes non stérilisées, quelques semaines après les chaleurs. Le pyomètre évolue souvent depuis plusieurs semaines quand il est diagnostiqué. A un stade avancé, la chienne risque une rupture de l'utérus qui entraîne une péritonite très grave et risque également une atteinte des reins. Le traitement le plus efficace lors d'un pyomètre est une stérilisation parfois d'urgence.

・ Diabète : l'action des hormones sexuelles (œstrogène et progestérone) se fait aussi au niveau d'autres organes, et peut être à l'origine de maladies graves. C'est le cas notamment du diabète, maladie qui peut être favorisée par un dérèglement hormonal. Les traitements à l'insuline ne permettent pas de stabiliser la glycémie chez les chiennes non stérilisées, à causes des variations hormonales lors du cycle sexuelle. A un moindre degré, la stérilisation a aussi un effet de prévention pour ce type de diabète lié au hormones reproductrices.

・ Epilepsie : la stérilisation semble réduire les crises d’épilepsie.

Stériliser votre chienne permets d'éviter que les trafiquants volent votre animal dans le but d'en faire une esclave de la reproduction, parfois à vie. Ils seront alors incités à s'en séparer.

Anticiper les inconvénients

Les inconvénients liés à la castration peuvent être évités ou traités aisément.

Un chien castré ne grossit généralement pas si certaines précautions alimentaires sont prises immédiatement.

Prévention : une chienne stérilisée brûle moins de calories. Sans précautions, une prise de poids est fréquente dans les 2 à 3 mois qui suivent l'opération. Il faut donc respecter quelques règles très simples, dès qu'elle sera stérilisée :
· Choisir une alimentation spéciale pour chiens stérilisés (moins caloriques) et à fort indice de satiété, disponible dans de nombreuses marques. Demander conseil à votre vétérinaire.
· Respecter les doses indiquées sur l'emballage en fonction de son activité physique et du poids à maintenir ou à atteindre progressivement si votre chienne a déjà un surpoids.
· Maintenir son activité physique progressivement après la convalescence (demander conseil à votre vétérinaire).

Erreurs à éviter : les maîtres commettent souvent ces erreurs alimentaires dues à de mauvais conseils dont la dangerosité est prouvée :
· Réduire les quantités recommandées : c'est non seulement cruel car elle sera affamée et mal nourrie, mais aussi dangereux car la reprise de poids sera inévitable et plus importante par la suite !
· Augmenter les quantités recommandées : si votre chienne a faim avec sa dose journalière, il ne faut pas augmenter les doses mais choisir des croquettes à plus fort indice de satiété ou compléter ses repas avec des aliments rassasiants et pauvres en calories (demander conseil à votre vétérinaire car certains aliments sont dangereux pour les chiens).
· Unique repas journalier : il est conseillé de donner la ration journalière en deux voire mieux trois repas pour limiter les risques de torsion d'estomac (urgence vitale) et la faim au cours de la journée.

Controle du poids : surveillez sa courbe de poids les 3 premiers mois. Vous pouvez la peser régulièrement chez votre vétérinaire (service bien souvent gratuit). L’obésité, comme chez l’être humain, peut avoir des effets néfastes sur la longévité et la santé de votre animal :
· Fatigue plus rapide à cause de cet excès de poids.
· Problèmes cutanés (allergies, etc.).
· Diabète (maladie très grave qui agit sur l'humeur et difficile à maitriser).
· Problèmes cardiorespiratoires.
· Infections et incontinence urinaires.
· Boiteries (arthrose, rupture de ligaments croisés, luxation de la rotule, dysplasie de la hanche), etc.

Attention croissance : les chiennes stérilisées avant l'âge adulte (qui varie selon la race) sont susceptibles de grandir et donc prendre du poids. Il ne faut pas confondre embonpoint et croissance.

Silhouette idéale : les côtes de votre chienne ne doivent pas être visibles à l'oeil nu ni être trop palpables sinon cela signifie qu'elle est maigre et il faut en rechercher la cause (mauvaise nutrition, vers intestinaux, maladie grave, etc). L'idéal est de percevoir légèrement les côtes au toucher. Si vous ne les sentez pas du tout, cela signifie par contre qu'elle a de l'embonpoint.

Dans un faible pourcentage, une incontinence urinaire peut apparaître au bout de quelques années. La chienne, sans être malpropre volontairement, perd de l’urine par petites gouttes, ponctuellement ou bien en permanence. Cette infirmité, quand elle survient, se corrige relativement facilement par un traitement. Le surpoids est un facteur à risque, raison de plus pour bien surveiller la prise de poids de votre chienne.

Idées recues

Les idées reçues portent préjudice aux chiennes.

Il ne faut pas oublier les éleveurs sérieux et diplômés qui font perdurer l'espèce ! La France est surpeuplée de chiens. Chaque année, des dizaines de milliers de chiens et chiots meurent dans les fourrières et certains refuges. La stérilisation est l'alternative humaine fiable à l'abandon et la mort.

Faux ! Chaque famille qui adopte un de vos chiots n'aura donc pas fais la démarche de sauver un chien qui attend une famille dans un refuge, vous contribuez ainsi à sa mort. De plus, chercher une famille, sans l'aide d'une association, constitue un abandon risqué dont vous êtes responsable (maltraitance, nouvel abandon par sa famille à l'avenir, syndrome de Noé...). Ne faites pas naître des chiens tant qu'il y en a qui meurent !

Le raisonnement de la chienne est différent du nôtre. Une chienne est en grande partie guidée par ses hormones : elle a des périodes d'activité sexuelle en rapport avec un taux d'hormones sexuelles élevé. En dehors de ces périodes, tout intérêt reproducteur a disparu. Il est faux d'imaginer qu'une chienne a besoin, pour son équilibre général, d'avoir eu un contact avec un mâle ou d'avoir eu une portée. La chienne ne ressent absolument pas le besoin d'avoir des chiots. Elle ne sera pas plus heureuse après avoir eu des petits !

La nature de votre chienne ne changera pas. Si elle est câline, elle restera câline. Si elle a un tempérament à jouer, elle restera joueuse ! Certaines chiennes stérilisées sont plus douces, plus proches et plus affectueuses.

La stérilisation n'a aucun impact sur l'instinct de garde ou de chasse d'une chienne.

La prise de poids chez la chienne stérilisée est généralement due à l’absence d'alimentation pour chiens stérilisés (moins caloriques), un surdosage alimentaire et/ou une baisse d'activité. Une chienne en surpoids se fatigue plus vite et est donc moins active mais la stérilisation en elle-même n'affecte pas son niveau d'activité.

Attention : les chiennes stérilisées avant l'âge adulte (qui varie selon la race) sont susceptibles de grandir et donc prendre du poids. Il ne faut pas confondre embonpoint et croissance.

Chaque jour, de nombreuses chiennes sont endormies avec l'anesthésie classique par voie intraveineuse et les accidents sont rarissimes. Le risque anesthésique est évalué lors de la consultation et le jour de la stérilisation, avant l'anesthésie de votre chienne. Le recours à des équipements qui contrôlent le rythme cardiaque et le rythme respiratoire pendant l’intervention, permettent de s’assurer que l’animal va bien. Si vous êtes stressé(e) ou si votre chienne présente un risque (antécédent, museau court, âge avancé ou maladie), il est possible de :
・ Réaliser un bilan sanguin pré-anesthésique pour vérifier le bon fonctionnement des organes.
・ Choisir l'anesthésie gazeuse chez un vétérinaire équipé (souvent en clinique) plutôt que l'anesthésie classique. En effet, la qualité de l'anesthésie au gaz est exceptionnelle avec une sécurité maximum et un risque réduit au minimum.

Intervention et Précautions

Certaines informations utiles sont expliquées étape par étape.

Il doit être pris au moins 10 jours avant la date souhaitée de l'intervention. Il est conseillé de profiter de la stérilisation pour demander à identifier votre chienne en même temps (obligation légale) si ce n'est pas déjà fait. L'identification et l'indication de sa stérilisation sur sa fiche d'identification auprès de l'i-cad, permettent d'éviter que votre chienne soit endormie et ouverte à nouveau pour être stérilisée par l'association qui l'aura récupérée si elle est trouvée errante (non identifiée ou réclamée sous 8 jours).

La veille de l'intervention, retirez toute nourriture à partir de 22 heures pour éviter les vomissements lors de l'anesthésie. La chienne peut boire normalement.

La chienne devra être déposée à jeun vers 8h30. Le vétérinaire vérifiera qu'elle est en bonne santé et que l'anesthésie générale ne présente pas de risque particulier, puis elle sera endormie avec une dose anesthésique adaptée à son poids. Elle recevra des piqures antibiotique et antidouleur de durées variables selon les vétérinaires. Une surveillance des constantes cardiaques et respiratoires est assurée durant toute l'intervention.

L'ouverture sur le ventre est préférable à l'ouverture sur le côté car elle est moins douloureuse et permets de voir l'état de l'utérus ainsi qu'une éventuelle gestation. Le vétérinaire peut alors procéder au retrait des ovaires (et utérus si nécessaire). L'opération dure en moyenne 30 minutes. Après l'intervention, elle sera gardée en observation jusqu'en milieu d'après-midi ou parfois le lendemain. Des médicaments antibiotiques et antidouleurs seront prescrits.

Il est généralement possible de récupérer votre chienne dans l'après-midi lorsqu'elle sera suffisamment réveillée. Elle sera encore sous les effets de l’anesthésie et il est possible qu'elle ait du mal à marcher ou qu'elle "balance" de gauche à droite mais elle marchera mieux le lendemain.

・ Repos : la chienne devra être installée dans un endroit calme et chaud (20-22°C), avec ses gamelles d'eau et de croquettes, ainsi que son panier, pendant plusieurs jours. En effet, il faut lui éviter tout mouvement brusque (jeux avec d'autres animaux, courir, sauter, descendre ou monter les escaliers rapidement) afin d'éviter toute tension sur les sutures, une éventration potentiellement mortelle ou une infection de la plaie.

・ Alimentation : à son retour, elle peut boire de l'eau par petites quantités et manger la moitié de sa ration alimentaire habituelle le soir, à condition qu'elle ne vomisse pas. Dès le lendemain matin, elle pourra manger et boire normalement.

・ Médicaments : il faudra lui donner des antibiotiques et antidouleurs par voie orale pendant quelques jours. S’il est difficile de lui donner des comprimés, prévenez le vétérinaire ou l'assistante lorsque vous déposerez votre animal pour trouver une solution.

・ Hygiène : le panier pour dormir devra toujours être propre pour éviter une infection.

・ Prévenir une infection : la cicatrisation provoque des démangeaisons. Pour éviter qu'elle se lèche la plaie, vous pouvez demander une collerette adaptée à sa taille chez votre vétérinaire.

Il existe également "l'astuce du T-shirt" qui consiste à prendre un vieux t-shirt, adapté à la taille de la chienne et le lui enfiler à l'envers : les pattes arrières dans les manches, la queue dans l'encolure, puis tirer jusqu'aux pattes avant et fixer le bas du T-shirt par un nœud sur le dos de la chienne.

Chaque jour, il faudra surveiller l'évolution et la propreté de la plaie que lorsqu'elle dort, car certaines chiennes se démangent à cause d'une fixation d'une personne sur son pansement. Si votre chienne a réussi à retirer son pansement ou si la plaie n'est pas propre, il faudra la désinfecter chaque jour jusqu'à l'enlèvement des fils, avec une compresse et de la Bétadine iodée solution dermique puis mettre un pansement pour éviter l'infection.

・Signes d'infection : en cas de rougeur, de grosseur, de pus, d'écoulement ou de saignements, consultez immédiatement votre vétérinaire.

・ Contrôle post-opératoire : les points de suture sont retirés gratuitement environ 2 à 3 semaines plus tard à la clinique sauf si ce sont des fils résorbables. En cas d'interrogation, prenez contact avec votre vétérinaire.

La prise de poids chez la chienne stérilisée est généralement due à l’absence d'alimentation pour chiens stérilisés (moins caloriques), un surdosage alimentaire et/ou une baisse d'activité. Une chienne en surpoids se fatigue plus vite et est donc moins active mais la stérilisation en elle-même n'affecte pas son niveau d'activité.

Attention : les chiennes stérilisées avant l'âge adulte (qui varie selon la race) sont susceptibles de grandir et donc prendre du poids. Il ne faut pas confondre embonpoint et croissance.

Chaque jour, de nombreuses chiennes sont endormies avec l'anesthésie classique par voie intraveineuse et les accidents sont rarissimes. Le risque anesthésique est évalué lors de la consultation et le jour de la stérilisation, avant l'anesthésie de votre chienne. Le recours à des équipements qui contrôlent le rythme cardiaque et le rythme respiratoire pendant l’intervention, permettent de s’assurer que l’animal va bien. Si vous êtes stressé(e) ou si votre chienne présente un risque (antécédent, museau court, âge avancé ou maladie), il est possible de :
・ Réaliser un bilan sanguin pré-anesthésique pour vérifier le bon fonctionnement des organes.
・ Choisir l'anesthésie gazeuse chez un vétérinaire équipé (souvent en clinique) plutôt que l'anesthésie classique. En effet, la qualité de l'anesthésie au gaz est exceptionnelle avec une sécurité maximum et un risque réduit au minimum.

Stérilisation obligatoire

La loi du 6 Janvier 1999 rend obligatoire la stérilisation des chiens mâles et femelles de 1ère catégorie (chiens ressemblant aux races Staffordshire Terrier, Pitt-Bull, Boer-Bull, Tosa..) qui ne sont pas inscrits au LOF, donc sans papiers en règle. L’importation, l’acquisition et la cession de chiens de première catégorie sont interdites.

La loi impose aussi que les chiens de 1ère ou de 2ème catégorie soient déclarés en mairie, avec l’obligation d’identification, de vaccination antirabique, d’assurance, de promenade tenue en laisse par une personne majeure avec port de muselière (dans les espaces publics autorisés) et d’obtenir pour le maître un permis de détention.

La violation de ces règles expose le propriétaire à de lourdes peines d’amende et d’emprisonnement, ainsi qu’à la confiscation et, souvent, l’euthanasie de l’animal.

Cout de la stérilisation

Le coût de la stérilisation varie d’un cabinet vétérinaire à un autre et dépend du poids de la chienne. Avec votre accord, le vétérinaire peut être amené à retirer l’utérus si nécessaire (forte infection, tumeur, etc.), ce qui représente un surcoût. Les tarifs (avec ou sans retrait de l’utérus) peuvent être communiqués sur simple appel téléphonique. Certains vétérinaires proposent un paiement échelonné pour les personnes en difficultés financières.

Il existe aussi des compagnies d’assurance qui proposent la prise en charge partielle des frais de stérilisation et de consultation. Des comparateurs en ligne peuvent vous aider à trouver gratuitement une mutuelle.

Alternatives

Ces méthodes sont déconseillées en raison de leur dangerosité ou du mal-être qu’elles engendrent chez la chienne.

Les pilules ou injections effectuées par un vétérinaire préviennent les chaleurs et doivent être administrées avant les chaleurs (qui sont parfois silencieuses). Elles sont contre-indiquées en cas de certaines maladies, chez les femelles impubères, potentiellement saillies, gestantes ou allaitantes et avant 60 jours après la mise-bas, sauf mentions contraires dans la notice.

Ces méthodes dépendent des dernières chaleurs et de la régularité du cycle. La pilule doit être dosée en fonction du poids de la chienne et donnée chaque jour durant un mois.

Ces contraceptions sont très déconseillées par les vétérinaires car elles ne sont pas toujours efficaces et surtout, elles présentent d'importants risques de développement des maladies graves (tumeurs mammaires, utérines ou ovariennes, graves infections utérines, diabète sucré, etc.) et des effets secondaires (dépression, agressivité, etc.). Enfin, la pilule donnée au mauvais moment du cycle, conduit à des gestations non menées à terme ou des chiots difformes.

Isoler votre chienne pour empêcher l’accouplement avec le mâle de la famille peut être frustrant pour eux et provoquer un mal-être. De plus, les chiens sont sociables et ne supportent pas la solitude. Cette méthode ne peut être que provisoire avant la stérilisation.